Linvestisseur Intelligent Ddl, Distance Paris Orléans Tgv, Vide-grenier Permanent 92, Fortune De La Fouine, Immobilier à Nivillac, Texte L'ecole Etrangere, Diffusion Once Upon A Time, Bfm Radio Direct Gratuit, Limpossible N'est Pas Dieu, Camping Longeville Sur-mer Les Conches, Beaux Textes Sur La Différence, " /> rationalité de lentreprise

rationalité de lentreprise

On peut apprendre de sa propre expérience, mais aussi de celle des autres si l’on peut connaître les procédures qu’ils appliquent et les résultats qu’ils obtiennent. Si tel n’était pas le cas, rien ne garantirait que ses préférences seront restées les mêmes au moment où la décision produira ses effets. On introduit une pièce d’un euro dans la fente de la machine, qui soit la conserve, soit vous donne un jeton échangeable en fin de partie contre 2 € avec une probabilité p1 (respectivement p2). Pourquoi l’entrée en bourse d’Airbnb est un défi à la rationalité. 1La théorie de la décision rationnelle suppose plus ou moins implicitement que le décideur soit capable de recueillir toute l’information nécessaire sur l’environnement et son évolution, de prévoir et d’évaluer les conséquences de ses décisions. Après un rappel des principes de base (partie 1), nous nous intéresserons aux différents choix (prix, différenciation des produits, publicité) auxquels font face les firmes, selon l’intensité et le type de la concurrence (partie 2). Le décideur a des capacités cognitives limitées. Avouer qu’on subit les événements mine la crédibilité du chef. L’espace d’exploration pertinent est illimité. Cette exploration a un coût non nul, en argent, en temps, en énergie, en attention et en prise de poids. Le modèle Harvard est un modèle rationnel de prise de décision puisqu’il suppose que le décideur dispose d’informations parfaites et qu’il est le seul à définir les objectifs à atteindre et que tout changement résulte de la volonté rationnel et unique du décideur. L’entreprise est rationnelle car elle met en œuvre des procédures pour maximiser ses bénéfices (en limitant ses coûts de production). Weil, Thierry. 12Ainsi, la plupart des décisions effectives se fondent sur la reconnaissance de la nature de la situation et sur l’application de la procédure réputée convenir. Face à un problème de gestion ou de mise en place et de réalisation d’un modèle d’affaires, les solutions préexistent rarement et doivent souvent être construites. Quand bien même le décideur se croirait libre, il a tellement intériorisé les prescriptions de son éducation, il a si souvent été sélectionné pour la compatibilité de son attitude avec les attentes et les valeurs de l’environnement, montré son sens du devoir et du respect des obligations sociales et morales liées aux responsabilités qu’il assume, que son comportement est assez prévisible. Dans une entreprise, les bonnes pratiques éprouvées sont inscrites dans les règles, procédures et consignes enseignées aux nouveaux arrivants et maîtrisées par les collaborateurs expérimentés. Celle-ci apparaît ainsi comme un cas particulier limite de la rationalité procédurale. 6Les décideurs réels qu’ils observent traitent séquentiellement les problèmes qui leur sont soumis. Rationalité « réelle » et rationalité dans la prise de décision. 11 Cette partie est adaptée de James G. March, Bounded Rationality, Ambiguity, and the Engineering of Choice, Bell Journal of Economics, 9 (1978) 587-608, republié dans Décisions et Organizations. Les mêmes analystes ont donc applaudi la décision de Lafarge de se recentrer sur les matériaux pour le bâtiment en vendant ORSAN, sa filiale de biotechnologie. La mode, depuis dix ans, est plutôt à se recentrer sur son métier de base et à « rendre » sa capacité de financement excédentaire aux investisseurs qui souhaitent décider eux-mêmes des voies à explorer. UNE RATIONALITÉ PROCÉDURALE PLUTÔT QUE CALCULATOIRE, 6. 23Réciproquement, on peut dire que si l’on est convaincu que les règles admises sont en général suffisamment bonnes pour conduire à des résultats proches de ceux qui seraient obtenus par la mise en œuvre, beaucoup plus lourde de la théorie du choix rationnel, alors l’utilisation des règles apparaît comme l’approche pertinente y compris dans le cadre d’une logique des conséquences qui prendrait en considération le coût de la procédure de choix. 26Cependant, cet apprentissage peut être perturbé par le fait que les résultats ne dépendent pas uniquement de l’action du décideur mais aussi de nombreux facteurs qu’il ne contrôle pas et parfois ne connaît même pas. 2 Sous le concept de sphère sociale, nous définissons l’ensemble des relations que l’homme a avec ses semblables et avec la nature. 2014/2015 12 Christian Salmon donne de multiples exemples de cette mise en récit de l’entreprise et de ses dirigeants qui structure le regard qu’on porte sur eux [Salmon, 2007]. Sélection naturelle et rationalité absolue des entreprises. LES LIMITES DE LA RATIONALITÉ 1 La théorie de la décision rationnelle suppose plus ou moins implicitement que le décideur soit capable de recueillir toute l’information nécessaire sur l’environnement et son évolution, de prévoir et d’évaluer les conséquences de ses décisions. 38Une manière de favoriser une activité d’exploration suffisante est de diminuer les coûts de celle-ci. Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Le modèle de l'acteur unique met en avant la rationalité du dirigeant et sa capacité à décider de façon autonome. Dans de nombreuses organisations, des décisions contestables sont prises en urgence. (3) Définition empruntée au American Heritage Dictionary of the English Language, Boston, Houghton Mifflin. Théorie de la firme. DE LA RATIONALITÉ SUBSTANTIVE A LA RATIONALITÉ PROCEDURALE Herbert A. Simon . Nous mobilisons la Théorie de la Rationalité Ordinaire (TRO) (Boudon, 1999 ; 2002 ; 2010). Lisez ce Sciences Economiques et Sociales Thèse et plus de 245 000 autres dissertation. 9 R. Nelson & S. Winter, 1982, An Evolutionary Theory of Economic Change, Harvard University Press, Cambridge. Dans le but d’améliorer la productivité, les premières réflexions sur l’organisation portent sur la rationalisation du travail, des structures, de la direction et cherchent à donner une solution unique et universelle aux problèmes rencontrés par les entreprises dans la gestion de leurs activités. 45Du fait de l’importance pratique de cette rationalité procédurale, la performance des organisations dépend de la qualité des règles et procédures qu’elles utilisent, et de la capacité de celles-ci à évoluer lorsque l’environnement change. Simon.Ils avaient traduit et publié ce document dans le numéro 3 (octobre 1992) de la revue (ISSN 1157 2884.L'article était introduit par une note que l'on reproduit ci après. Mythe digne de respect, très ancien, séduisant pour ceux qui se meuvent avec aisance dans les formalismes abstraits, mythe conforté par les commodités de l’enseignement et des démarches qui s’en inspirent. Diriger une entreprise consiste avant tout à exercer ou à déléguer un pouvoir de décision. Le niveau de rationalité de la décision. Ce multimédia aborde les thèmes de l'entreprise, la rationalité, la confiance, la monnaie, la régulation, la mondialisation - Exposition L'économie : krach, boom, mue ? 34L’exercice suivant permet de s’en convaincre. La nature de la décision. Les travaux de F.W Taylor , de Max Weber , de H. Fayol , de H. Ford , ont éclairé des générations d'ingénieurs. 17Nous avons déjà évoqué quelques biais concernant la reconnaissance de la situation, liés au fait que nous privilégions les situations les plus familières, voire les plus plaisantes. C’est ainsi que les règles les plus efficaces peuvent finir par s’imposer sans que l’on ait compris les raisons de leur efficacité. La primauté de la pensée rationnelle sur toute autre forme de pensée apparaît aujourd’hui comme un mythe. Pour peu que je prenne en compte le coût non nul d’exploration et de collecte de données supplémentaires et que j’apprécie de m’en tenir à un fournisseur pas trop éloigné de chez moi, je cesserai mes investigations. Merci, nous transmettrons rapidement votre demande à votre bibliothèque. La reconnaissance ou la schématisation porte à la fois sur la situation à laquelle il est confronté et sur le rôle qu’il y joue. 1 Comptablement, le profit se mesure par le résultat net de l’entreprise. Le décideur est rarement obligé de trouver une solution très proche de l’optimum (ça tombe bien puisqu’il n’en a en général pas les moyens ! D’autres, dans la tradition de Plutarque, de Carlyle, d’autres hagiographes des hommes célèbres et des conseils d’administration qui attirent les managers les plus renommés avec des rémunérations mirobolantes, croient néanmoins qu’une touche personnelle ou une plus grande vertu font toute la différence. comment cette rationalité a posteriori et ce besoin d’apparaître cohérent fait que nos actes nous engagent plus que nos idées ou nos sentiments. La rationalité limitée est l'idée selon laquelle la capacité de décision d'un individu est altérée par un ensemble de contraintes comme le manque d'information, des biais cognitifs ou encore le manque de temps. Le critère décisif en fonction duquel Weber jauge le différentiel de rationalité entre éthique confucéenne et éthique protestante est celui de leurs effets respectifs sur les conduites économiques des agents sociaux. Lorsque Chimène s’exclame « Qu’il est joli garçon l’assassin de Papa ! 11La plupart du temps, le décideur identifie donc une situation : il la caractérise par rapport à un répertoire de situations qu’il a déjà rencontrées ou qu’il a appris comment appréhender, par exemple en étudiant des « cas » dans son école de gestion. Dans le chapitre « L'élargissement progressif du champ de la science administrative » : [] À l'origine, la science administrative est, sans doute possible, la science de l'administration publique, ce qui s'explique fort bien compte tenu du contexte historique et politique dans lequel elle prend naissance : l'apparition d'une science appliquée de l'administration, ancêtre de la science administrative, coïncide en Europe avec la mise en place de structures étatiques et administratives mod [] Lire la suite ), mais il doit atteindre un certain niveau de satisfaction des clients, des actionnaires et des employés. 28Si nous supposons que nous sommes dans un monde trop complexe pour calculer les conséquences de tous les actes possibles ou évaluer de manière fiable des règles d’action imaginables, alors l’apprentissage, malgré ses difficultés de mise en œuvre, reste une bonne manière d’évaluer l’intérêt de différentes règles possibles. L’utilité considérée, ainsi qu’on le verra dans le chapitre qui suit, peut être une fonction assez complexe de la distribution des résultats possibles de l’action (selon l’aversion au risque du décideur, son besoin éventuel de limiter ses regrets, etc.). Matière. Il invoque alors la procédure présumée adaptée à cette situation, celle dont l’emploi a jusqu’ici donné satisfaction dans des circonstances analogues. Confronté à une situation de choix, le décideur mettra souvent inconsciemment en balance les obligations du poste ou le poids des circonstances et une touche personnelle indépendante du rôle qu’il assume. Le gain principal était l’apprentissage du marché que ces opérations permettaient, si le groupe savait développer la capacité d’absorption et d’intégration requise. C’est une tradition illustre qui passe par Hegel, Tolstoï et Riveline6. 27Nous reviendrons sur l’apprentissage dans le chapitre 7, où nous traiterons des aspects collectifs de la décision (apprentissage organisationnel) car il est plus facile de traiter l’apprentissage individuel comme un cas particulier de l’apprentissage collectif que l’inverse, dans la mesure où l’individu a des préférences multiples et incohérentes, des identités et des rôles multiples qu’il évoque de manière intermittente. Lorsque nous connaissons une procédure qui conduit à des résultats, il est probable qu’une nouvelle procédure conduira à des résultats moins bons. la probabilité d’une réinitialisation aléatoire de p2 est de 0,01 à chaque coup), comment adaptez vous votre stratégie ?On a réparé la machine 2, mais cette fois c’est la machine 1 qui peut dériver lentement avec le temps (mais de moins de 0,01 de variation absolue pour p1 à chaque usage de la machine, on supposera un tirage aléatoire uniforme dans l’intervalle [-0,01 ; +0,01]), comment adaptez-vous votre stratégie ?Même problème, mais il y a maintenant dans la salle cinq cent machines caractérisées par des probabilités stables p1, p2, … p500. 47Enfin, les actions de l’entreprise sont parfois le résultat émergent de phénomènes divers et peu contrôlables, mais le dirigeant souhaitera parfois leur donner un sens rétrospectif qui confortera une vision de ce que sont l’entreprise, son environnement et lui-même (et notamment le degré de contrôle qu’il exerce sur les événements)12. Souvent ces composantes de l’identité se complètent, et sont évoquées dans des contextes disjoints, mais parfois elles se confrontent et s’opposent. Les analystes saluaient la décision audacieuse de Lafarge de se diversifier vers le secteur prometteur des biotechnologies. En ce sens, la notion de sélection naturelle, loin de disqualifier l'approche de H. Simon, constitue peut-être la meilleure preuve … L’éthique protestante a … Il mécontentait de plus en plus les clients livrés en retard, faisait perdre des clients et nuisait à l’entreprise, mais ce dysfonctionnement passait inaperçu et la direction attribuait les réclamations à un manque de réactivité de l’atelier de production. Ils savent très bien faire ce qu’ils font et s’ils changent d’activité, ils devront « repartir de zéro » et faire un long apprentissage, au risque de perdre leur statut et leur réputation. Vous ne rejouez pas les gains. Parfois des incubateurs internes aux entreprises permettent de tester un nouveau concept. Les nouveaux venus, s’ils imitent les meilleurs, apprendront donc leurs règles, parfois avec des justifications fallacieuses et ces règles peuvent donc survivre à leur pertinence. Le problème de rationalité qui se pose à l'entreprise dès lors que sa taille augmente et celui de l'articulation de ses éléments économiques et techniques et humains . Cette attitude ne posera pas de problème tant qu’un excès de ressources permettra de s’accommoder du caractère sous-optimal de cette décomposition en problèmes partiels. Il décompose un problème complexe en dissociant différentes décisions interdépendantes, avec, pour chacune, un objectif local de satisfaction. Friedman, notamment, résume sa position en ces termes : ... Si le comportement des entrepreneurs n'approche pas, d'une façon ou d'une autre, un comportement de maximisation du profit, il semble peu probable qu'ils restent longtemps dans les affaires. Le rapport qualité/prix des fournisseurs évolue et l’information pourrait être périmée au moment de ma décision. Au bout d’un certain temps, j’aurai probablement dans l’échantillon testé un boulanger aux performances satisfaisantes. Le décideur est soumis à des contraintes de temps. Or, souvent, les procédures mises en œuvre dans les entreprises prospères sont le résultat émergent de l’évolution d’un système où différents acteurs mettent en œuvre des procédures différentes, et où ceux qui ont durablement de meilleurs résultats prospèrent et imposent leur norme (rationalité sélectionnée). On retrouve alors la logique des convenances comme un cas « particulier » assez général de la rationalité optimisatrice. 87-108. www.persee.fr/doc/reco_0035-2764_1984_num_35_1_408769. comme aux civilisations qui jouent leur destin (faut-il changer de politique d’aide au développement ou de lutte contre le changement climatique ?). On vous a confié 1 000 pièces en vous disant d’en faire le meilleur usage possible. Dans cette optique, les décideurs ont tendance à choisir des solutions satisfaisantes plutôt qu'optimales. D’autres biais affectent l’identification du rôle qu’on y joue. 19L’identité d’un individu est en principe stable ou n’évolue que lentement. La structure de l'entreprise. Un groupe en bonne santé devait utiliser sa puissance financière pour se positionner sur des voies d’avenir. 42Un raffinement de la rationalité calculée, lorsque le résultat dépend des réponses possibles des autres acteurs de l’environnement à l’action du décideur est la rationalité de la théorie des jeux, que nous discuterons dans le chapitre consacré aux écosystèmes d’organisations en interaction. La rationalité de l’individu: l’autonomie de l’individu se fonde sur la raison individuelle, consubstantielle. La rationalité mathématique sur laquelle s’appuient de nombreuses restructurations, fondées sur des logiques essentiellement financières, montre que leurs implications humaines sont souvent négligées ou sous-estimées, voire déniées. du contexte des autres (je suis influencé par la manière dont les autres ont schématisé ou caractérisé la situation et par le comportement qui en résulte). L’identité d’un individu est multiple, on peut être tout à la fois père, officier de police, contribuable, mari, secrétaire d’une association sportive ou culturelle. 32À l’opposé du piège de la compétence, l’exploration compulsive consiste à essayer beaucoup de nouvelles voies, mais à se décourager rapidement devant le manque de succès, alors qu’il faut un certain temps d’apprentissage pour atteindre des résultats satisfaisants. Pour un esprit occidental, qui plus est cartésien, ce modèle incarne la bonne manière de décider, à partir d'objectifs clairs, en analysant les avantages et les inconvénients associés à chaque choix. Au sein des organisations les décisions prises font souvent appel à la rationalité, processus qui suppose une capacité constante et totale de remettre en question les comportements adoptés dans le passé, pour redéfinir en fonction de critères et d’objectifs exogènes des actions nouvelles. Une fois reconsidérés dans leur caractère réflexif, ils apparaissent au contraire structurellement rationnels et témoignent des limites et antagonismes internes des rationalités économiques. Vérifiez si votre institution a déjà acquis ce livre : authentifiez-vous à OpenEdition Freemium for Books. Université. Je ne peux imaginer tous les scénarios possibles, évaluer toutes les conséquences directes et indirectes, à court et long terme, de chaque cours d’action possible. Les deux peuvent être fatals. Il n’est pas de point de vue de Sirius dans l’entreprise comparatiste. 4En pratique, la rationalité de décideur est limitée par plusieurs contraintes : 5Au début des années 1950, alors que les économistes déploraient que les décideurs ne tentassent pas de se rapprocher des conditions de la décision rationnelle par une exploration et une évaluation plus exhaustive des choix qui s’offraient à eux, une équipe de chercheurs du Carnegie Institute of Technology, menée par Herbert Simon (prix Nobel d’économie en 1978), James March et Richard Cyert, choisit de s’en tenir à une approche descriptive du comportement réel des décideurs. D. R. EN QUÊTE DE THÉORIES Voyons donc quelques mythes sur lesquels sont construites les histoires de management. 10Il se fait en général une représentation simplifiée, limitée et approximative de la situation réelle. Il ne s’identifie pas à la rationalité pratique et technique. 43La rationalité limitée consiste à réduire l’espace d’exploration en simplifiant le problème et en cherchant des solutions « à proximité » des problèmes, ou liées au contexte spécifique de la situation de gestion. Pierric Marissal . Année académique. 36Pour ceux qui ne comprennent que le langage mathématique : Alternative 1 : y =1 avec p1, sinon –1 ; 0h Winter et Simon 1979]. Par auteurs, Par personnes citées, Par mots clés. Chapitre 3 - Notes de cours 3 Chapitre 3 : Williamson et TCT Mme Isabelle NICOLAI. Ce comportement, encouragé à l’époque où l’entreprise voulait en priorité réduire son besoin de fonds de roulement en envoyant vite des factures, n’avait jamais été remis en cause. Les grands groupes faisaient de la R&D exploratoire, dans le but de trouver de nouvelles applications. 7March et Simon constatèrent que ce comportement réel conduisait à des résultats souvent assez proches de l’optimum visé par les prescriptions irréalisables des économistes théoriciens. La « rationalité limitée » aboutit aussi à des décisions non optimales en matière de prévention, avec des attitudes suscitées plus par l’émotion que par la réflexion, amenant à des craintes excessives ou au contraire à un déni des dangers et à une trop grande confiance et une banalisation, à l’origine soit de surprotection inutile, soit de sous-protection néfaste. 29L’apprentissage a un coût. La « rationalité limitée » aboutit aussi à des décisions non optimales en matière de prévention, avec des attitudes suscitées plus par l’émotion que par la réflexion, amenant à des craintes excessives ou au contraire à un déni des dangers et à une trop grande confiance et une banalisation, à l’origine soit de surprotection inutile, soit de sous-protection néfaste. La théorie de la firme est 1 objet d'une controverse déjà ancienne entre tenants de la rationalité absolue (les firmes maximisent leur profit) et partisans de la rationalité limitée ou procédurale (les firmes « satisfont », en utilisant largement des règles de décision de type routiner) l. Dans ce débat, l'un des arguments clés avancés par la première école est celui de la « sélection naturelle », selon lequel seules les firmes optimisatrices peuvent survivre, les autres étant éliminées par le jeu de la concurrence. L’information est périmée. L’entreprise nationalisée . 4 Dans cette perspective, cette recherche propose d’élargir le champ de la recherche en sciences de gestion et de s’extraire du strict champ de l’économie classique, qui associe la croissance de l’entreprise à une finalité de maximisation du profit (Penrose, 1959). (On peut prendre a =b =c =S* =0 pour simplifier)Alternative : quête « locale » puis réévaluation des règles de recherche et de décision, puis réévaluation du niveau d’aspiration et des règles d’attention aux différents objectifs© March & Simon, « Organisations », 1958. Pour expliquer ces paradoxes de l’irrationalité (qui est en même … Que faites-vous ? Il doit souvent agir avant une échéance imposée, ou bien certaines de ses options ne sont exerçables que dans un délai limité. 2 L’urgence simplifie parfois le processus de décision, en obligeant à renoncer aux « diligences » que réclamerait une décision rationnelle : « J’aurais aimé vous consulter, mais nous n’en avions pas le temps ». Vendredi 11 Décembre 2020. C’est parfois qu’elles ne pouvaient être prises qu’ainsi, car tant qu’on avait du temps pour la délibération, on délibérait. 10 Par exemple Easenergy, filiale d’EDF, détachait un ingénieur dans des start-up expérimentant de nouveaux services énergétiques, contre une part du capital de l’entreprise. La recherche de l'optimalité se pose alors au niveau global : les « profits joints » sont globalement plus importants que si l'on œuvre seul. Par exemple, ils ont étudié, sur un vaste échantillon, les prix affichés dans les rayons d’un grand magasin, en fonction du prix de revient des articles, de la demande récente, etc.

Linvestisseur Intelligent Ddl, Distance Paris Orléans Tgv, Vide-grenier Permanent 92, Fortune De La Fouine, Immobilier à Nivillac, Texte L'ecole Etrangere, Diffusion Once Upon A Time, Bfm Radio Direct Gratuit, Limpossible N'est Pas Dieu, Camping Longeville Sur-mer Les Conches, Beaux Textes Sur La Différence,